La Lettre

Enfin une formation simple et efficace pour investir en Bourse !

Afin de partager avec vous ma vision sur les marchés, les performances de mes investissements et la répartition de mes investissements, je vous propose ma newsletter hebdomadaire.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de son contenu que vous recevrez par e-mail. Le contenu de cet exemple de Lettre n’est donné qu’à titre d’exemple et n’est pas mis à jour.


La situation sur les marchés

Les marchés actions poursuivent leur dégringolade dans le monde, à mesure que le décompte des cas d’infection au coronavirus s’accroît hors de Chine. Les grands indices européens avaient déjà lâché plus de 10% sur la dernière semaine de février. La première de mars a conservé une teinte rouge vif. Les secteurs les moins pénalisés sont les plus défensifs, sans grande surprise : Services collectifs, Santé, Biens de consommation primaires et Télécoms. Rappelons que ces secteurs sont dits défensifs car ils recouvrent des dépenses quasiment incompressibles : chauffage, eau, éclairage, nourriture ou communications.

A l’autre extrémité du spectre, les secteurs liés au tourisme sont étrillés. Ils ont perdu en moyenne le quart de leur valeur en deux semaines. Ce sont eux qui subissent de plein fouet les restrictions de déplacements professionnels ou de loisirs : compagnies aériennes, croisiéristes, hôtellerie, restauration? Autres victimes, les banques, qui continuent à évoluer dans un environnement de taux bas et qui peinent à trouver des relais de croissance. Elles devancent les secteurs très cycliques comme l’automobile et les matières premières, eux aussi très attaqués.

Cette semaine, le jeudi 12 mars est cerclé de rouge sur l’agenda macroéconomique européen : c’est le jour de la décision de la Banque centrale européenne sur sa politique monétaire. La BCE aura-t-elle des arguments pour rassurer les marchés, démunis face à l’épidémie de coronavirus ? Parmi les autres temps forts, les productions industrielles allemande (lundi) et française (mardi), une nouvelle estimation du PIB de la zone euro (mardi), les performances économiques britanniques mensuelles (jeudi) et les lectures finales de l’inflation en Allemagne et en France (vendredi).

La performance du portefeuille

Compte-tenu du faible investissement actuel (voir section suivante), les impacts de la forte chute des marchés sont très faibles sur les portefeuilles : XX.XX% depuis le 1er janvier.

Le CAC40 a, quant à lui, chuté à XX.XX% sur la même période : le potentiel de reprise augmente à moyen/long terme augmente.

Mon niveau de désinvestissement

Compte-tenu de ces paramètres, mon niveau désinvestissement actuel est de XX%. Vous pouvez reporter ce paramètre dans mon outil Excel de suivi.

Mentions légales